Pages

Déréliction



Mon tendre amour, ma douce tragédie.
Pourquoi dormir seul quand il fait si frais ?
Votre jambe droite n’est qu’une immense plaie,
La jointure de vos poings blanchie
Vos dents claquent, vos lèvres jaunissent
Votre corps est en vidange.
Un cœur a sombré dans l’abysse.

Les perles des bourgeons,
Absent de vos iris,
Sont d’une gravité démodée.
Votre solitude est comme le pastel des teinturiers.

Vous êtes reclus en refusant la nudité de vos instincts.
Votre cravate est trop serrée, poor seigneur Beckett 
Ou choira la lueur de votre or à présent ? 
Songez,
La tristesse a gagné nonobstant votre âme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire